Association pour la Restauration et la Sauvegarde du Patrimoine du Pays d'Aix

« Projets et travaux de restauration dans la ville d’Aix-en-Provence »

Dans l’introduction :

Quelques considérations sur le rôle du service « Patrimoine » de la ville.
Il doit porter des diagnostics historiques, architecturaux et patrimoniaux.
Agir avec les services de l’Etat : DRAC principalement.

Il y a à Aix 150 monuments classés ou inscrits dont 45 appartiennent à la ville.
En outre 2000 « points patrimoniaux » ont été recensés dans le secteur sauvegardé.
Rappel de l’existence du PSMV de 2012 qui est un outil très utile.
Le PLU en voie d’achèvement aussi car il recense les éléments remarquables et prévoit leur protection.

Après, annonce des deux parties :

  • Le patrimoine religieux

La Visitation, rue Mignet. La Madeleine. Le cloître et le collège des prêcheurs. La Consolation, av. Solari. Le Grand Saint Jean et sa chapelle. Saint Jean de Malte.

  • Les autres projets

La fontaine des quatre Dauphins. La Place d’Albertas. Les cimetières. L’hôtel de Caumont (pour mémoire : c’est une opération privée). La Place de l’archevêché. Le château du Grand Saint Jean. L’hôtel d’Estienne de Saint Jean. L’hôtel de Chateaurenard. Le Jas de Bouffan.

Intervenant : Michel-Edouard Bellet,
Directeur du Patrimoine et des Musées de la ville d’Aix-en-Provence

 Schéma escalier visitation-1

Commentaire du schéma : Escalier d’accès à la chapelle de la Visitation
Un exemple de difficulté particulière aux chantiers de restauration .

Pour assurer durablement la stabilité de l’escalier d’accès, il a fallu implanter des pieux de plusieurs mètres de long afin de trouver le « bon sol » sur lequel appuyer l’ouvrage. (Auteur : Cabinet F.Botton)

« De pierre et d’eau, de l’ombre à la lumière ».

En décembre 2014, Salle des Etats de Provence à l’hôtel de ville.

Cette conférence était organisée conjointement par l’ARPA et le fonds de dotation d’Estienne de Saint Jean.

Ces deux associations souhaitent faire connaître au public ce magnifique domaine et aider les propriétaires (la ville d’Aix en Provence) à faire vivre ce très bel ensemble du patrimoine du Pays d’Aix.

Olivier Naviglio a été chargé par la Direction des musées de la ville d’Aix en Provence d’une étude sur l’état du domaine du Grand Saint Jean, notamment de son système hydraulique et de ses bâtiments.

Des suggestions sur l’évolution possible des lieux lui ont été également demandées. Au cours de cette conférence il s’exprimait à titre personnel.

Le domaine s’étend sur 240 hectares et les jardins et le château occupent 65 hectares environ.Des vestiges archéologiques sont décelables mais la première occupation certaine des lieux est un prieuré bénédictin du XIème siècle. D’autres vestiges font penser à un château d’époque médiévale : tours, chapelle, glacière.

Intervenant : O. NAVIGLIO, Architecte en chef des monuments historiques.

planPlan du domaine du Grand St Jean

LA COLLECTION PLANQUE, de la Chapelle des Pénitents au Musée Granet.

Le Musée Granet – Communauté du Pays d’Aix vous invite à découvrir les nouveaux espaces d’exposition du musée Granet dans la chapelle des Pénitents Blancs, joyau de l’architecture aixoise du XVIIe, entièrement restaurée pour présenter les chefs-d’œuvre du collectionneur Jean Planque. Sur plus de 700 m2, Picasso, Renoir, Monet, Van Gogh, Gauguin, Braque, Dubuffet, de Staël… plus de 130 œuvres majeures de l’exceptionnelle collection de la Fondation Jean et Suzanne Planque, déposée au Musée Granet pour 15 ans, sont exposées dans ce nouvel espace.

Intervenant : B. ELY
Conservateur en chef, Directeur du Musée Granet

La formation de la notion de monument historique et ses figures actuelles

Une brève histoire de cette notion, ses figures mondialisées avec le patrimoine labellisé par l’UNESCO, les valeurs et fonctions du monument à partir d’Aloïs Riegl, les problématiques protection/conservation/valorisation d’une conservation régionale, l’analyse du monument dans les paysages géoculturels. Plusieurs exemples de l’aire aixoise illustrent ces propos.

Intervenant : R. Jourdan
Conservateur Régional des Monuments Historiques, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC PACA.

Pour les journées du Patrimoine, l’ARPA a proposé deux conférences :

«Une brève histoire de la protection du patrimoine avant 1913 : la révolution, Mérimée et les suites… »

La protection du patrimoine ancien est légitimement attachée au personnage de Prosper Mérimée. Cependant la notion de patrimoine à protéger avait émergé officiellement pendant la période révolutionnaire et les pratiques étaient même apparues timidement sous l’ancien régime, sous Louis XV. C’est François Guizot qui a créé le poste d’Inspecteur Général des Monuments Historiques, confié très vite à Prosper Mérimée. Ce dernier donnera à cette fonction son ampleur et sa concrétisation dans des travaux de restauration que nous pouvons encore admirer : basilique de Vezelay, cité de Carcassonne… Il est déjà question d’une véritable « politique du patrimoine » dans le décret de Guizot. Après 1870, quand disparaît Mérimée, la protection du patrimoine va s’inscrire progressivement dans une législation de plus en plus ample qui aboutira finalement à la Loi de 1913 dite « sur les monuments historiques ».

Intervenant : P. Dussol
Président de l’ARPA

« 1913-2013 : Cent ans de protection. Du monument historique à l’espace urbain ».

Dans le cadre des journées du patrimoine 2013 dont le thème était le centenaire de la loi de 1913 sur les monuments historiques. Philippe Vanhalst a retracé l’évolution des outils de protection et de mise en valeur du Patrimoine bâti. D’abord limité à la protection des monuments historiques (lois de 1887 et 1913), il a été ensuite étendu aux sites (lois de 1906 et 1930), puis aux abords des monuments (lois de 1943 et 1946), puis aux quartiers historiques (lois de 1962 et 1983) et enfin au paysage (loi de 1993). Le concept de monument historique, constitué à l’origine par la seule catégorie des édifices religieux, a englobé de nouveaux territoires. Les Anglais étaient les premiers à dire la valeur et à promouvoir la conservation d’un héritage modeste, celui des architectures domestique et vernaculaire qui constituent le tissu des villes anciennes. Quant aux Italiens, ils étaient les premiers à considérer les villes anciennes comme des monuments historiques à part entière. En France, il a fallu attendre 1964 pour voir la promulgation de la loi du 4 août 1962 sur les secteurs sauvegardés, dite « loi Malraux ». Une présentation synthétique a été faite du dernier outil du XXème siècle, la Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP), progressivement remplacée par les Aires de mise en valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP). La dernière partie de la conférence a souligné les évolutions du Secteur Sauvegardé et son Plan de Sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) d’Aix-en-Provence en retraçant les grands traits et les particularités.

Intervenant : Ph.Vanhalst
Architecte urbaniste,
Vice-Président de l’ARPA

Récentes découvertes archéologiques à Aix-en-Provence

Agréée par l’Etat comme opérateur en archéologie préventive depuis octobre 2006, la Direction Archéologie d’Aix-en-Provence a effectué, ces six dernières années, près d’une centaine d’opérations qui ont été menées autant sur l’espace urbain que sur le domaine rural. Ces recherches qui restituent, par touches, l’histoire de la longue occupation de la ville d’Aix-en-Provence et de son territoire, ont notamment mis en lumière des périodes anciennesNURIANINConference qui étaient jusqu’alors très peu connues, telles la Préhistoire et la période gauloise.

Intervenant : Núria NIN
Conservateur en chef du Patrimoine,
Responsable de la Direction Archéologie de la ville d’Aix-en-Provence

Modernité d’hier et d’aujourd’hui
L’exemple du PSMV d’Aix-en-Provence

moderniteCommencé en 1964, le plan de sauvegarde et de mise en valeur de la ville d’Aix-en-Provence a été définitivement approuvé fin Juin 2012.
C’est l’occasion pour l’Architecte des Bâtiments de France de présenter les enjeux de la préservation du patrimoine bâti tout en faisant leur place aux éléments d’architecture plus contemporaine. De nombreux exemples, à Aix et ailleurs illustrent cette présentation.

Intervenant : Monsieur Daniel Rennou
Architecte des Bâtiments de France

L’eau et l’architecture

Dans le cadre des journées du patrimoine 2012 dont le thème était l’eau,
PH Vanhalst
, architecte et vice-président de l’ARPA a donné une conférence sur : « l’eau et l’architecture, regards croisés » dans l’amphithéâtre de l’hôtel Maynier d’Oppède.
Le transport et l’utilisation de l’eau ont été à l’origine de très nombreux ouvrages d’art : canaux, barrages, aqueducs…. Un certain nombre de bâtiments fonctionnels liés à l’eau subsistent sous forme de monuments remarquables comme les thermes ou châteaux d’eau visibles par exemple à Aix en Provence, Arles, Marseille.

« Le confort de la maison médiévale »

La dernière conférence de l’ARPA a eu lieu le lundi 1er octobre 2012, dans la salle des mariages de l’hôtel de ville d’Aix-en-Provence, sur « Le confort de la maison médiévale »
Après avoir esquissé ce qu’était la notion de confort pour les femmes et hommes du Moyen Age, seront examinés les différents moyens matériels du confort : l’éclairage naturel (avec l’importante question de la fermeture des fenêtres) et artificiel, le chauffage et l’isolation, les rangements, l’hygiène. On ne sera pas surpris d’apprendre que les besoins d’alors n’étaient pas ceux d’aujourd’hui…

Intervenant : Monsieur Yves Esquieu
Professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université d’Aix-Marseille

Jacques de La Roque, sa vie, son œuvre : l’hôpital Saint Jacques

Résumé de la conférence donnée le 14 avril 2010 à l’Hôtel de ville d’Aix-en-Provence par
Mme Maud PAYAN, docteur en médecine, docteur en Histoire, auteur d’une thèse d’histoire intitulée
« Le livre de raison de Jacques de la Roque, transcription et commentaires » qui a reçu le prix Mignet 2008 de l’Académie d’Aix.

Télécharger en pdf

Le marbre de Provence

Compte-rendu de la conférence de Dominique Ménard (membre de la Confédération Européenne des Experts d’Art) du 24 mai 2007, dans la salle des mariages de l’Hôtel de Ville d’Aix en Provence.
« De Sainte –Victoire au château de Versailles. Le marbre de Provence, cet éternel inconnu, oublié de l’ Histoire ».

Télécharger en pdf

Rejoignez-nous en vous abonnant à la newsletter

Pour nous contacter

5 rue Pierre et Marie Curie
13100 Aix en Provence
Tél : 04 42 96 91 50
Courriel : aix-arpa@orange.fr